Le mur d’Hadrien : la plus grande frontière de l’empire Romain

Partager sur Facebook Twitter
Le mur d’Hadrien : la plus grande frontière de l’empire Romain
Construit à partir de 122 après J.-C., le mur d’Hadrien marquait la limite septentrionale de la province romaine de Britannia, qui couvrait l'Angleterre, le pays de Galles et le sud de l'Écosse. Avec ses 5m de haut et ses 3 m de large, il s’étirait s'étend sur environ 120 km, du fleuve Tyne à l'est jusqu'au Solway Firth (estuaire) à l'ouest.

L’empereur romain Hadrien (76-138 après J.-C.) décida de sa construction à la suite de sa visite dans la province de Bretagne, convaincu que son empire ne s’étendrait pas plus au nord de la Britannia et qu’il fallait en fixer les limites. Les travaux durèrent 6 ans et mobilisèrent trois légions romaines. Au cours des années, l’ouvrage fut renforcé et remanié ; des tronçons qui n’étaient que de simples élévations de terre furent reconstruits en pierre tandis que des fortins, des postes de guet et des tours furent élevés à intervalles réguliers sur toute sa longueur.

Pendant trois siècles, le mur d’Hadrien est resté la plus impressionnante des frontières de l’empire Romain. Une grande partie de l’édifice existe toujours, en particulier dans le milieu de son tracé. Inscrit au patrimoine historique mondial de l’UNESCO en 1987, le mur d’Hadrien est aujourd’hui l’attraction touristique la plus populaire du nord de l’Angleterre. Pour les archéologues, c’est aussi un incroyable témoin du passé, une fenêtre ouverte sur l’histoire de cette période durant laquelle l’Angleterre était occupée par les Romains. Si les personnes qui vivaient à proximité du mur ont disparu, elles ont en effet laissé de nombreuses traces de leur présence qui nous racontent avec une profusion de détails qui elles étaient et comment s’organisait leur quotidien.

Ce documentaire de la série anglaise « Timewatch » nous emmène à la découverte du mur d’Hadrien pour tenter de nous révéler, près de 2000 ans après sa construction, les secrets du monde perdu auquel il appartient.

. Publius Aelius Hadrianus

Le mur d’Hadrien est indissociable de l’empereur romain qui lui a donné son nom : Publius Aelius Hadrianus, dit Hadrien. Celui-ci avait 41 ans lorsqu’il arriva au pouvoir, en 117 après J.-C. Il héritait alors d’un vaste empire qui s’étirait d’Afrique du Nord jusqu’en Grande-Bretagne (Britannia). Empereur humaniste, fin lettré et poète, philosophe converti au pacifisme, Hadrien affirma rapidement sa singularité en rompant avec la politique expansionniste de son prédécesseur, l’empereur Trajan. Il prit ainsi la décision de consolider les frontières déjà acquises et se lança dans une vaste inspection des provinces frontalières afin d’y évaluer la situation politique et militaire.

En 122 après J.-C., les romains occupaient une grande partie de la Britannia – l’Angleterre actuelle – mais ils n’avaient jamais tout à fait réussi à conquérir la région située au nord de la ligne dessinée par les villes de Newcastle et de Carlisle. La région située au-delà était occupée par les tribus calédoniennes de l'actuelle Écosse, de farouches combattants qui harcelaient les romains. Face à cette situation, Hadrien estima qu’il valait mieux abandonner tout projet de conquête de ce nord rebelle, attaché à son indépendance. Il devait donc fixer une frontière clairement définie sur toute la largeur de l’île afin de séparer les territoires placés sous le contrôle direct de l’empire Romain des régions septentrionales. Pour matérialiser cette frontière, Hadrien ordonna la construction d’un mur qui irait de la mer du Nord à la mer d’Irlande.

. Secrets de construction

En de nombreux endroits, le mur d’Hadrien traverse un paysage totalement sauvage. Il y a 2000 ans, l’irruption d’un édifice aussi monumental dans cette région où les constructions en pierre constituaient une exception fut probablement vécue par les habitants comme une irruption d’un autre monde. En cela, le mur d’Hadrien remplissait totalement son objectif psychologique, qui était d’affirmer l’emprise romaine sur ces confins éloignés de l’Empire.

La construction du mur en elle-même fut une prouesse architecturale. Les tailleurs de pierre romains ont laissé certains indices des techniques utilisées à l’époque dans la carrière de Fallowfield (banlieue de Manchester), située à 800 mètres du mur. Au temps de sa construction, ce site grouillait d’activité : des tailleurs de pierre s’activaient à dimensionner des blocs de roche qui étaient ensuite convoyés jusqu’au chantier dans un défilé ininterrompu de charriots.

Contrairement à la grande muraille de Chine, qui fut construite par des esclaves, le mur d’Hadrien fut entièrement édifié par des militaires : ceux des 2ème, 6ème et 20ème légions romaines. Ces soldats avaient été formés aux métiers de la construction, et certains étaient des maçons hautement qualifiés. A Fallowfield, les archéologues ont exhumé des outils qui leur ont permis de comprendre les techniques utilisées par ces tailleurs de pierre. Ces outils, en tous points semblables à ceux d’aujourd’hui, indiquent l’extraordinaire degré de technologie qu’avaient atteint les romains à cette époque.

Les petits blocs étaient taillés à la main à l’aide d’un marteau et d’un ciseau à pierre ; chaque artisan passait environ vingt minutes sur chaque pierre avant qu’elle soit placée sur le mur. 18 millions de blocs furent taillés de la sorte. Les gros blocs – certains pèsent plusieurs tonnes – étaient quant à eux hissés à l’aide d’un trépied à trois bases doté de cordes et de poulies reliées à une pièce de métal en queue d’aronde, appelée « Lewis », qui était insérée dans un orifice creusé dans la pierre. Ce trou spécialement formé pour accueillir le dispositif, encore bien visible sur certaines parties du mur, était appelé « trou du Lewis » ou « place du Lewis ». Grâce à ce système, les constructeurs romains pouvaient soulever sans difficulté des pierres pesant plusieurs tonnes, qui furent utilisées pour bâtir la « colonne vertébrale » du mur.

. Plan évolutif

Hadrien lui-même, féru d’architecture, participa à la construction du mur, dont il dessina le plan. En suivant ses instructions, les bâtisseurs érigèrent ainsi des tours de guet tous les milles romains, soit l’équivalent de 1 482 de nos mètres. A certains endroits, le respect scrupuleux de ce plan par les militaires donna lieu à des bizarreries amusantes, encore visibles aujourd’hui, comme cette porte monumentale donnant sur un précipice.

En revanche, à d’autres endroits le tracé du mur varia au cours de sa construction, preuve que la rigueur des romains souffrait parfois quelques accommodements. C’est le cas au lieu dit « la tourelle de Brunton », où la largeur du mur passe de 10 à 8 pieds romains. Ces changements indiquent que le plan du mur évolua avec le temps, transformant ainsi l’édifice au cours de sa construction. A partie de la tourelle de Brunton, les tours de guet situées tous les milles romains sont ainsi remplacées par des forts, construits tous les sept milles.

Hadrien avait affecté près de 10 000 soldats à la construction de son ouvrage monumental. Chaque centurie était consignée à une partie du mur ; lorsqu’ils avaient terminé leur ouvrage, les soldats-bâtisseurs gravaient leurs noms dans la pierre. Ces fragments du mur, conservés au Musée des Antiquités de Newcastle, fournissent de précieuses indications aux archéologues sur la datation des différents tronçons du mur. Ces inscriptions nous parlent aussi des gens de cette époque ; leurs noms gravés humanisent le mur d’Hadrien en révélant l’identité de ses bâtisseurs. Ils nous donnent aussi une idée de l’ampleur des travaux nécessaires à sa construction.

. Choc des cultures

Mais les Romains ont laissé beaucoup plus que des inscriptions sur les pierres. Au cours de leurs fouilles, les archéologues ont ainsi découvert les aspects les plus colorés de la vie qui s’organisait autour du mur d’Hadrien. Le fort de Vindolanda, également appelé « fort romain de Chesterholm », est l’un des sites les plus intéressants. Construit près de l’actuel village de Bardon Mill, ce fort gardait la « Stanegate », ou « route de pierre », l’une des plus importantes voies romaines du nord de l’Angleterre. Le sol anaérobie (c'est-à-dire sans oxygène, O2) offre d’excellentes conditions de préservation ; en effet, dans ce milieu pauvre en oxygène, la rouille et les moisissures ne peuvent pas se développer, ce qui permet d’exhumer certains objets quasiment intacts.

Ceux-ci offrent un aperçu saisissant de la vie quotidienne des romains : quels outils ils utilisaient, la façon dont ils travaillaient le cuir, la vaisselle dans laquelle ils mangeaient, etc. Brodequins, chaussures à semelles cloutées, ceinturons, peignes en buis, bagues, colliers, s’offrent ainsi au regard scrutateur des chercheurs. Sous leur aspect anodin, ces objets jouent un rôle important dans la reconstitution du puzzle de la vie des romains en Britannia. Ils nous renseignent aussi sur le choc culturel que ceux-ci durent encaisser en arrivant dans ces confins septentrionaux de l’Empire.

A l’époque de la construction du mur d’Hadrien, la civilisation romaine était en effet bien plus sophistiquée que celle de Grande-Bretagne. Rome et le bassin méditerranéen incarnaient le summum de la culture et de la civilisation ; plus ils s’éloignaient de ce centre, plus les romains tenaient les gens pour des barbares arriérés et primitifs. A leurs yeux, les habitants de la Britannia incarnaient donc probablement cette sauvagerie primitive, sans parler du climat de l’île, froid et pluvieux, qui devait aggraver le sentiment d’éloignement et d’isolement.

Pour lutter contre ce dépaysement, les romains expatriés essayèrent d’améliorer leur quotidien en y apportant le confort auquel ils étaient habitués. Les archéologues ont ainsi retrouvé certaines maisons équipées du chauffage central de l’époque : un ingénieux système basé sur la circulation d’air chaud sous le dallage surélevé des habitations et à l’intérieur de conduits pratiqués dans les murs.

Le mur d’Hadrien traversant trois grandes rivières, les romains y virent le moyen d’améliorer leur quotidien en construisant des thermes. Ceux du fort de Chesters, qui enjambe la rivière Tyne, près d’Hexham (Northumberland), étaient construits sur les berges de la rivière. L’eau y était amenée par un aqueduc desservant tout un complexe de salles de sudation, de piscines et de bains. C’était un lieu consacré à l’entretien du corps et au bien-être où les soldats venaient pour se laver mais aussi pour se détendre et pratiquer des jeux entre camarades. Les thermes jouaient aussi un rôle important dans la vie sociale et politique : on y commentait l’actualité, on y échangeait des points de vue, etc.

. Creuset multiethnique

Mais tous les romains de Britannia ne venaient pas de Rome. On trouvait parmi ces expatriés des troupes auxiliaires venues de toutes les régions de l’Empire. Le mur d’Hadrien était ainsi un endroit très cosmopolite où se mélangeaient différentes cultures, engendrant des phénomènes d’interaction complexes sur lesquels les archéologues et les historiens se penchent aujourd’hui. Parmi les contingents de militaires, on trouvait ainsi des individus venus d’Afrique, d’Assyrie, de Hongrie, de Bulgarie, de Gaule, d’Espagne, d’Allemagne : autant de régions qui avaient été conquises et intégrées à l’empire Romain.

Il est possible de se faire une idée précise de ce creuset multiethnique grâce aux objets retrouvés au cours des fouilles archéologiques. S’y mélangent vases africains, poteries gauloises, casseroles en bronze d’Italie, boucles d’ivoire sculptées originaires d’Inde, statuettes égyptiennes, etc. L’étude de ces objets nous apprend que ces personnes vivant près du mur d’Hadrien pouvaient se procurer des articles venus du monde entier, ce qui conforte les chercheurs dans l’idée qu’elles n’étaient pas toutes romaines et se faisaient envoyer des marchandises de leurs régions d’origine.

. Femmes et enfants

Contrairement aux idées reçues voulant que seuls des militaires aient été présents autour du mur d’Hadrien, des femmes y vivaient aussi. Épouses, fiancées de dignitaires, de négociants ou de simples soldats, elles avaient suivi leurs époux dans ces confins isolés de l’empire Romain. La découverte de bijoux et d’inscriptions funéraires attestent de leur présence. Ces femmes menaient une existence de pionnières, mais cela ne les empêchait pas d’avoir certains articles de luxe qu’elles auraient pu trouver dans les grandes cités de l’empire Romain.

Les fouilles archéologiques ont montré que la vie des romains de l’époque n’était pas confinée à l’intérieur des forts. La plupart du temps, des villages s’implantaient dans le périmètre de ces casernes, drainant des populations avec lesquelles les militaires romains avaient de nombreux échanges. Ces villages étaient au centre d’une activité bouillonnante ; par manque de place à l’intérieur des forts, une partie de leurs activités devait en effet y être « délocalisée » dans des ateliers. Les villages abritaient aussi les familles des soldats, ainsi que de nombreuses échoppes et boutiques d’artisans indispensables au bon déroulement de la vie quotidienne : boucher, boulanger, tailleur, tanneur, etc.

. Syncrétisme religieux

Les lieux de culte romains étaient également très présents autour du mur d’Hadrien. Tout en continuant à vénérer leurs propres divinités, les romains avaient adopté les dieux celtes locaux, perpétuant leur tradition de syncrétisme religieux.
Les archéologues ont ainsi retrouvé un temple consacré à Mithra, ou Mithras, un dieu indo-iranien, dont le culte connaissait alors son apogée à Rome, mais aussi plusieurs autels dédiés à d’obscures divinités locales, auxquelles certains romains semblaient pourtant accorder un crédit important comme en attestent des inscriptions gravées en guise de remerciements.

. Tablettes de Vindolanda

Parmi les nombreux objets qui ont été exhumés par les archéologues, la découverte la plus exceptionnelle est celle des tablettes de Vindolanda. Ces planchettes de bois de 8 à 10 cm de côté et 1,5 à 8 mm d'épaisseur furent mises au jour en 1973. Leur examen révéla qu’elles avaient été façonnées en bois de tilleul, particulièrement résistant à la torsion, et qu’une écriture inconnue était gravée sur leur surface externe. Le déchiffrage de ces textes s’avéra des plus complexes. Bien qu’ils soient en latin, ils avaient en effet été rédigés en écriture cursive, une forme primitive de l’écriture en caractères minuscules qui rendait leur lecture particulièrement ardue, la forme des lettres empêchant de les distinguer clairement les unes des autres.

Finalement, un long travail de déchiffrage et de reconstitution du texte permit de percer le secret de ces tablettes. Il en ressortit qu’elles étaient pour la plupart des courriers à destination des membres de la garnison de Vindolanda, de leurs familles ou de leurs esclaves, ou bien envoyés par ceux-ci. Ces textes livrent des détails extraordinairement précis sur la vie quotidienne de l’époque, mentionnant les noms des habitants de Vindolanda, évoquant leur mode de vie, ce qu’ils mangeaient, où ils vivaient, etc. Du porte-étendard de la garnison au pharmacien, en passant par l’employé des thermes ou le brasseur : tous les personnages qui vécurent là il y a 2000 ans surgissent de ces textes, reconstituant une formidable fresque de cette époque. Plus de 900 tablettes ont été mises au jour sur le site de Vindolanda, et de nouvelles sont découvertes chaque année lors des fouilles archéologiques qui ont lieu. L’exploitation de cette masse de données, loin d’être terminée, va permettre aux chercheurs d’approfondir leur connaissance de la société qui s’était développée autour du mur d’Hadrien. Elles nous renseignent aussi sur l’apport essentiel des romains aux autochtones dans le domaine de l’écriture, qui n’existait pas avant l’occupation romaine.

. Hypothèses

Les tablettes de Vindolanda nous permettent de reconstituer avec un luxe de détails inédits la vie d’un certain nombre de romains qui ont vécu le long de cette frontière septentrionale, cependant aucune d’entre-elles ne détient la clé d’un mystère crucial : pourquoi Hadrien fit-il construire ce mur ? Il s’agit d’un édifice particulièrement complexe dont la portée était aussi bien matérielle que symbolique. D’une part, il servait à canaliser et à surveiller les populations vivant de chaque côté ; d’autre part, il incarnait la domination romaine sur toute la région.

Certains chercheurs pensent que le mur pouvait aussi faire office de poste de douane, servant au contrôle des marchandises qui transitaient par ses différentes portes. Il existe cependant une explication plus terre à terre à son existence : et si Hadrien avait tout simplement voulu occuper les garnisons romaines postées en Britannia en leur faisant construire cet ouvrage monumental, ceci afin d’éviter tout risque de mutinerie ?

. Le déclin

Malgré ce rayonnement, le mur d’Hadrien connut cependant un déclin inexorable à partir du 5ème siècle de notre ère. Considérablement affaibli, Rome perdait peu à peu son statut de puissance dominante. Face aux menaces de plus en plus pesantes qui pesaient sur elle, Rome rappela ses légions les plus éloignées pour assurer sa défense. Les confins de l’Empire perdirent alors tout intérêt stratégique et furent délaissés.

Certains défenseurs du mur ne retournèrent pas à Rome. Délaissant leur poste, ces soldats s’installèrent dans la région comme simples paysans et se mélangèrent aux autochtones. Après le départ des Romains, ceux-ci commencèrent à recycler le mur d’Hadrien, conjuguant leurs efforts à ceux du temps pour accélérer la ruine de l’ouvrage. Ses pierres furent utilisées comme matériau de construction d’autres édifices : habitations, bâtiments de ferme, églises, prieurés, etc. Des pans entiers du mur disparurent alors, comme s’il s’agissait, pour les autochtones, d’effacer toute trace de cette occupation romaine particulièrement brutale qui les avait privés de leur culture et coupé de leurs racines. Comme tous les murs, celui d’Hadrien n’était peut-être finalement qu’un symbole d’oppression…

EN RÉSUMÉ : Suivre le mur d’Hadrien revient à effectuer un voyage « physique » de 120 kilomètres doublé d’un voyage dans le passé de près de 2000 ans. Ce documentaire passionnant s’acquitte parfaitement de cette double tâche : nous faire parcourir la totalité du tracé du mur d’est en ouest tout en nous immergeant dans la vie quotidienne des habitants de cette époque.

Pas de reconstitutions empesées, peu d’images de synthèse : le choix d’un traitement « vieille école » qui alterne les séquences dévoilant les vestiges – spectaculaires ! – du mur d’Hadrien et les interviews de spécialistes est ici parfaitement adapté au sujet. Nul besoin en effet de donner dans l’esbroufe spectaculaire pour captiver notre attention : filmé avec soin, accompagné par un commentaire aussi sobre qu’efficace, le mur d’Hadrien se raconte presque de lui-même, livrant les histoires qu’abritent ses pierres millénaires.

Certaines séquences plus « savantes », comme celle consacrée aux tablettes de Vindolanda, fonctionnent comme des effets de zoom et nous transportent littéralement dans le quotidien des hommes et des femmes de cette époque. La lecture de leurs lettres, illustrée par de superbes images du mur, constitue un moment particulièrement émouvant, donnant à entendre ces voix qui se sont tues il y a plus de 2000 ans. Immersion, érudition, émotion : que demander de plus à ce documentaire ? Rien, si ce n’est que l’on regrette qu’il ne soit pas plus long.

Afficher/Masquer les commentaires (3)
Pour laisser un commentaire vous devez vous connecter ! Cliquez ici pour vous inscrire
Lord Dunsany - Conviction : Entre deux
Nouveau | 05 Apr 12 18:17:34 | 0 commentaires | 5 Pts | 25 vidéos | 🔗
Oui, ce documentaire est vraiment intéressant. J'y retrouve l'atmosphère que j'ai découverte lorsque je me suis rendu en Angleterre pour randonner le long du Mur d'Hadrien ; le côté exceptionnel du lieu est très bien rendu dans le reportage.

En me baladant là-bas j'ai songé plus d'une fois au quotidien des Romains de cette époque, qui devaient être partagés entre fascination et crainte... J'espère que nous aurons l'occasion de découvrir de nouveaux reportages consacrés au Mur d'Hadrien!
bcassine - Conviction : Indéfini
Guide | 28 Mar 12 22:13:31 | 0 commentaires | 551 Pts | 398 vidéos | 🔗
Oui je suis d"accord avec toi win a quand une nouvelle vidéo sur le mur d'Adrien?
Win - Conviction : Indéfini
VIP | 28 Mar 12 12:32:38 | 1895 commentaires | 2153 Pts | 246 vidéos | 🔗
Vraiment intéressant comme documentaire et comme il est écrit dans la description de la vidéo, il est trop court .
1
Le top des vidéos de la semaine
Les derniers commentaires
  • roblor : Excellent, tres bonne recherche et bien documenté avec humour, pour parler d'un sujet qui peu…
  • tim26 : Que fait on d'un autre choix d'intervention ? .. qui aurait en plus prouver la réalité d'une…
  • tim26 : Farpaitement .. Machin à raison mdr ! (Salutation "P"apollo ;) ) ..ç'est même expliqué par le…
  • max51 : Car avant c'était secret !
  • @dom40 : Ont apprend pas grand chose !!
Les meilleurs contributeurs du mois