Le cinéma : un voyage initiatique ?

Partager sur Facebook Twitter
Le cinéma : un voyage initiatique ?
Le cinéma peut-il être un vecteur d'ésotérisme, voire un art ésotérique à proprement parler ? Étymologiquement, l’ésotérisme (du grec « esôteros », qui signifie « intérieur »), désigne la doctrine des choses « intérieures », au sens de rentrées, cachées, inaccessibles au profane. Dans l’Antiquité, il s’agissait des enseignements réservés à un petit groupe d’initiés. Par la suite, l’ésotérisme en est venu à désigner tout mouvement ou doctrine relevant d’un enseignement caché et procédant par le biais d’initiations.

Dans le domaine artistique, l’ésotérisme désigne le contenu caché, ou crypté, d’une œuvre. Celui-ci est généralement dissimulé derrière une représentation symbolique dont le sens ne peut être perçu que par les initiés. La fonction du symbole est alors de signifier autre chose que le sens usuel, soit en ouvrant les portes d’une compréhension plus profonde, soit en faisant de ce symbole la représentation approximative d’une expérience spirituelle. On parle ainsi de littérature ésotérique (ouvrages d’Hermès Trismégiste, « La Table d’Émeraude », le « Zohar », etc.), d’architecture ésotérique (mégalithes, labyrinthes, cathédrales, etc.), de musique ésotérique (Hildegarde de Bingen, « Œuvres pour piano » de Gurdjieff, Stephan Micus, etc), ou encore de films ésotériques.

C’est à cette catégorie d’œuvres que ce documentaire s’intéresse, posant la problématique suivante : les thématiques ésotéristes qui occupent une place de plus en plus importante dans le cinéma d’aujourd’hui (« Da Vinci Code », « La Neuvième Porte », « Mulholland Drive », etc.) sont-elles de simples ingrédients du divertissement, ou peut-on y voir un véritable sens caché ?

. Films à énigmes

On ne présente plus le roman à succès de l’écrivain Américain Dan Brown, « Da Vinci Code », ni l’adaptation cinématographique qui en a été faite, avec Tom Hanks et Audrey Tautou dans les rôles principaux. L’une des principales raisons du succès colossal de l’œuvre de Dan Brown et de la fascination qu’elle exerce sur le public tient à son climat ésotérique.

Pour écrire son « Da Vinci Code », Dan Brown s’est inspiré de deux ouvrages, « L’Énigme Sacrée » et « La Révélation des Templiers », qui évoquent l’énigme de Rennes-le-Château. Celle-ci gravite autour d’un étrange personnage, l’abbé Bérenger Saunière. Arrivé à Rennes-le-Château en 1885, il se lança aussitôt dans une gigantesque entreprise de rénovation de son église. Comment put-il payer tous ces travaux alors qu’il était sans le sou ? Ce mystère continue à alimenter les spéculations les plus diverses. Certains évoquent la découverte d’un trésor – celui des Cathares ou des Templiers – tandis que d’autres pensent que l’abbé avait mis la main sur des documents contenant des révélations explosives pour l’Église, documents qu’il monnaya chèrement auprès des autorités ecclésiastiques.

La sortie en 1982 du livre « L’Énigme Sacrée » donna plus d’épaisseur encore au mystère qui entourait l’abbé Saunière en mettant Rennes-le-Château au centre d’une théorie aux ramifications historiques complexes qui en arrive à la conclusion que Jésus et Marie-Madelaine, enterrés dans la région, auraient eu une descendance, la « lignée de Sang Réal », qui se serait perpétuée jusqu’à aujourd’hui. Cette construction mythologique fictive est à l’origine de l’intrigue du roman de Dan Brown.

Pour Philippe RIGAUT, Docteur en Sociologie, le « Da Vinci Code » est tout à fait exemplaire de « méthode Dan Brown », d’une part parce qu’il met en scène l’univers des croyances ésotéristes, et plus spécifiquement celles qui viennent ébranler les dogmes du christianisme, et d’autre part parce qu’il fait le lien entre ésotérisme et théorie du complot. L’association de ces deux thématiques constitue le « fonds de commerce » de Dan Brown, le motif de base qu’il décline d’une œuvre à l’autre.

Ces thématiques fascinent parce qu’elles correspondent au désarroi de notre époque. En perte de repères, confrontés à la disparition des grandes idéologies, les gens s’identifient à ces personnages de fiction qui sont, comme eux, en quête de sens. L’ésotérisme devient ainsi le symbole d’un monde dont on n’arrive plus à percer la signification. Dans cette relecture de la réalité, l’absence de sens est remplacée par la quête de mystère. Il faut réenchanter le monde, réinventer des mythologies, recréer des légendes pour pallier à la transparence du réel, et quoi de mieux pour cela que d’imaginer des secrets enfouis dans le tréfonds des siècles, des grimoires renfermant des connaissances susceptibles de bouleverser notre vision de choses, des organisations occultes chargées de veiller à ce que ce secret soit maintenu ? L’ésotérisme ouvre donc un champ inépuisable de sujets pour le cinéma. C’est un prétexte à romanesque, à réveiller nos vieilles peurs, à suggérer qu’une partie du monde est cachée dans l’ombre, connue uniquement de quelques initiés.

. Le New Age, ou les mystères de la Nature

Le Nouvel Âge, ou New Age, est un courant de pensée né dans les années 60 et caractérisé par une approche individuelle et éclectique de la spiritualité. Dans cette approche de la réalité, les énigmes scientifiques sont appréhendées comme des mystères religieux, et vice versa. La revue « Planète », fondée par Louis Pauwels et Jacques Bergier, a été la publication emblématique de ce courant de pensée pendant près d’une décennie, entre 1961 et 1971. Son slogan, « Rien de ce qui est étrange ne nous est étranger ! », définissait parfaitement sa ligne éditoriale : explorer tous les domaines en marge de la science « officielle » en privilégiant l’approche ésotérique. Les grands thèmes de la revue étaient l’histoire secrète, la mystique, l’ufologie, la théorie du complot, etc.

On peut dire de la littérature du New Age s’inspire des grands courants ésotériques du passé, notamment ceux qui ont trait à une philosophie de la Nature, à des préoccupations écologiques, à un changement de spiritualité qui nous permettrait de vivre en harmonie avec le monde qui nous entoure. Empruntant certaines de ses idées au chamanisme, le New Âge considère la Nature comme un être vivant, une entité qui se manifeste à travers le monde végétal, et tout particulièrement les arbres.

On retrouve cette thématique au centre du « Seigneur des Anneaux ». La Nature y est non seulement mise en valeur, mais contrairement à une certaine littérature catholique, elle n’incarne ni le mal ni une zone de danger menaçant la civilisation, mais a contrario un lieu d’équilibre et d’harmonie dispensant ses bienfaits à ceux qui y vivent en le respectant. Les habitations de Hobittebourg, creusées à flanc de colline, se fondent ainsi dans le paysage, donnant corps à une sorte d’utopie écologique.

Pour certains psychologues, cette volonté d’un retour aux sources, à la Nature-Mère, découle de notre peur de l’avenir. Aujourd’hui plus que jamais se pose en effet la question de la finalité des technologies que nous avons développées ; à l’optimisme des débuts a succédé la crainte d’une dévastation généralisée de la Planète. Face à cela, le retour aux sources, à une sagesse ancestrale, fait figure de solution pour certains.

Preuve de ce changement dans la spiritualité, le néo-paganisme va exploser vers la fin des années 90 et le début des années 2000. Les thèmes du Petit Peuple, des Fées, des Esprits de la Nature qui vivraient dans des dimensions parallèles, reviennent ainsi sur le devant de la scène. Au cinéma, cela se traduit par des films comme « Le Labyrinthe de Pan », de Guillermo del Toro, « Le Roi Minor », de Jean-Jacques Annaud, ou encore « Le Mystère des Fées », de Charles Sturridge, qui évoque l'affaire de fées de Cottingley.

L’un des précurseurs de ce cinéma de la nature est le réalisateur John Boorman, dont le film « Excalibur » (1981) marqua toute une génération de cinéphiles. « Excalibur » raconte les origines du mythique Roi Arthur, ses débuts sous l'égide de son conseiller Merlin l'Enchanteur, la création de la Table ronde, la quête du Graal, et se termine avec l'affrontement final entre Arthur et Mordred, fruit de sa relation incestueuse avec sa demi-sœur, Morgane. Le thème de la Nature y est omniprésent ; Boorman est un cinéaste romantique qui voit la possibilité pour ses personnages de sortir de l’obscurité dans laquelle ils se trouvent et d’aller vers une meilleure compréhension et d’eux-mêmes et du monde qui les entoure par le biais des quêtes qu’ils entreprennent. Leur plus fameuse sera celle du Graal, dont la triple symbolique – connaissance, transformation, renaissance – confère au film un riche sous-texte ésotérique.

. Mondes Parallèles

Le thème des mondes parallèles, abordé dans "Matrix", fait partie des grandes traditions ésotériques, qui considèrent l’Univers comme un « empilement » de réalités séparées par de simples « cloisons » qui peuvent être franchies par les initiés. Cette idée est la pierre angulaire du scénario de « Matrix ». Derrière sa façade de film d’action, « Matrix » interrogerait ainsi le spectateur sur des notions fondamentales telles que la nature de la réalité, le rapport au présent, ou encore la façon dont notre conscience détermine notre perception du monde.

Le film serait également truffé de symboles maçonniques. En effet, certains spécialistes du cinéma n’ont pas manqué de remarquer la similitude entre les noms des personnages et les fondateurs de grandes loges maçonniques. Le parcours initiatique du personnage principal qui, en entrant dans l’autre monde, devient Neo – « nouveau » ou « nouveau né » – est un autre indice.

D’autres films induisent des réflexions similaires sous leur apparence de divertissement. C’est le cas de la saga des « Harry Potter », qui nous interroge sur le clair-obscur de l’existence en nous offrant l’exemple d’un ajustement permanent à l’ombre et au mal. On y retrouve de nombreuses thématiques de l’ésotérisme : rituels, épreuves, mort symbolique, etc. Ce genre de film peut donc induire à une réflexion sur le fonctionnement des mondes intermédiaires, et à notre positionnement par rapport à ces valeurs éternelles que sont le Bien et le Mal. L’état de complétude, but de la quête, consiste non pas à vaincre cette part d’ombre, mais à l’accepter et à l’intégrer à son existence sans en être sali ou souillé.

. Cinéma du mystère

Certains films évoquent aussi des périples intiatico-ésotériques qui vont aboutir à la transformation du héros. C’est le cas de « La 9ème Porte », de Roman Polanski, qui relève presque de l'occultisme. On y trouve en effet des références très précises à des courants ésotériques, et notamment à l’alchimie et à la kabbale. On y trouve aussi l’idée d’un manuscrit caché qui aurait été transmis secrètement, d’initié à initié, au cours des siècles. L’épilogue, qui se déroule dans un château, en France, renverrait quant à lui à l’histoire des mouvements occultes au XIXe siècle. Le parcours initiatique du personnage joué par Johnny Depp s’inscrit en pleine quête initiatique. Au fil de ses découvertes, il va de plus en plus loin dans une forme de violence qui va lui révéler sa nature profonde. Et c’est en acceptant celle-ci, à la fin, qu’il parviendra à ouvrir la fameuse « 9ème Porte ».

Ce cinéma du mystère a été défriché par l’un des monstres sacrés de la profession : Stanley Kubrick. « Eyes Wide Shut », son dernier film, décrit ainsi le parcours initiatique, en forme de chemin de croix, du personnage joué par Tom Cruise. A chacune des « stations », où l’amour et la mort sont étroitement mêlés, des changements vont s’opérer dans sa conscience, lui permettant d'appréhender peu à peu sa véritable nature. En effet, dans la tradition ésotérique, la métamorphose ne s’effectue qu’au prix d’une traversée des ténèbres, épreuve que tout individu doit subir pour atteindre l’état de transformation qui est l’aboutissement de sa quête. C’est la symbolique de la mort comme renaissance.

Les décors, la symbolique des couleurs, s’inscrivent également dans la grande tradition ésotérique. Ils permettent de caractériser les personnages, de révéler leur intériorité ; il y a de ce fait une relation intime entre l’être, son intériorité, sa conscience, et son environnement extérieur. Dans un plan strictement formel, il s’agit d’une conception profondément ésotérique du rapport au monde qui montre le rapport du microcosme et du macrocosme, de l’esprit et de la matière, du visible et de l’invisible, etc.

. Le cinéma du Voyage initiatique

Quantité de films de science-fiction reprennent le thème du voyage initiatique que le héros entreprend pour réaliser une quête, rencontrant en chemin épreuves, ennemis et alliés. On retrouve ces thèmes dans des films comme « La Guerre des Étoiles » ou « Les Aventuriers de l’Arche Perdue ». Dans ces film, le héros est l'archétype de l'être en devenir, qui doit affronter et accepter sa vérité au terme d'un voyage initiatique.

« Le Nom de la Rose » explore des thématiques plus complexes empruntant à la fois à la philosophie, à la spiritualité et à l’ésotérisme. La richesse de ce roman nécessite que le lecteur fasse un certain nombre de recherches pour accéder à la pleine compréhension de certains passages, et cela se retrouve aussi dans le film. On retrouve ainsi l’idée d’une initiation sexuelle comme rite de passage entre l’adolescence et l’âge adulte, ou encore le thème du livre secret, transmis d’initié à initié et soigneusement dissimulé au fil des siècles.

L’initiation peut aussi se faire par le biais de drogues. Le cinéma emprunte alors ses thèmes au chamanisme, comme dans l’adaptation de « Blueberry » par Jan Kounen. Le néo-chamanisme évoqué dans ce film se caractérise par une volonté de retourner au paganisme hérité des peuples Amérindiens. Chez ces peuples, le chamane faisait office d’intermédiaire entre le monde des vivants et celui des esprits. Il entrait en contact avec ceux-ci par le biais d’états de transe provoqués par les drogues ; dans cet état second, il pouvait dialoguer avec les esprits, mais aussi acquérir des dons de divination, de précognition, d’anticipation, de guérison, etc.

Le chamanisme développe aussi l’idée d’un monde invisible dans lequel nous baignons en permanence ; notre conscience cloisonnée ne nous y donne pas accès lorsque nous sommes en état de veille, mais si on ouvre les portes de la perception au moyen de drogues, il devient alors possible d’accéder à cette autre dimension. Les scènes de visions de « Blueberry » évoquent ce voyage chamanique.

. David Lynch : le cinéma de l’Étrange

Mais comment filmer une expérience mystique ? A ce stade du documentaire, nous abordons l’œuvre de David Lynch. Celui-ci est qualifié de « cinéaste chamane » par l’auteur-réalisateur Thierry Jousse. D’après lui, c’est par la dimension sensorielle de ses films que Lynch touche le spectateur et l’immerge dans l’univers de ses films. S’il peut sembler déconcertant au premier abord, car échappant à toute logique, il n’en demeure pas moins fortement symbolique, ce qui déclenche un « travail » au niveau de l’inconscient.

Chacun des films de David Lynch travaille ainsi sur deux niveaux, deux mondes qui ne s’interpénètrent qu’au terme du cheminement que le spectateur effectue en leur sein. L’art du réalisateur consiste à lui donner les clés symboliques qui vont permettre d’ouvrir les portes séparant ces deux dimensions de lecture. Le premier monde est celui du visible, du quotidien, de la surface. Le deuxième monde se définit, à l’opposé, comme un « ailleurs » souterrain, non pas invisible mais caché. Ce sont ses irruptions dans la réalité – des irruptions aux allures de révélations – qui vont tisser la trame des univers Lynchiens développés dans chacun de ses films.

Le monde souterrain de Lynch est, par définition, un monde ésotérique. Il faut en effet y être initié pour y accéder et comprendre son fonctionnement mystérieux. Les personnages de Lynch - Jeffrey Beaumont dans « Blue Velvet », Laura Palmer dans « Twin Peaks » pour n’en citer que deux – seraient ainsi des figures transitionnelles symbolisant le passage entre ces deux sphères de réalité, un passage qui s’effectue par le biais de l’initiation à certains mystères.
Ce basculement entre la réalité et son « double », le quotidien et sa transcription fantasmagorique, trouve son apogée dans un film comme « Mulholland Drive ». La dernière partie inverse en effet complètement le schéma de lecture de ce qui précède, amenant le spectateur à s’interroger sur la réalité même de ce qu’il a vu et à reconsidérer radicalement son point de vue. Ce procédé ésotérique, au sens quasi étymologique du terme, est la clé de voûte du cinéma de David Lynch.

. Numérologie

En prenant l’exemple du film « Le nombre 23 », le documentaire nous entraîne ensuite dans les arcanes de la numérologie. Cette pratique repose sur un ensemble de croyances et de pratiques fondées sur l'attribution de propriétés aux nombres. Chaque nombre aurait ainsi un message à donner, leurs combinaisons formant un langage véhiculant certaines infirmations. Mais "Le nombre 23" donne à voir un rapport pathologique à la numérologie, qui devient source d'une névrose.

Le film « Pi » explore cet thème d'une façon plus intéressante en confrontant le monde ésotérique de la Kabbale juive à celui de la rationalité, puisque le scénario repose sur la mise au point d’un algorithme qui permettrait de prévoir les cours de la bourse. Ces deux univers – celui de la religion et celui de l’économie – vont pourtant finir par fusionner, induisant l’idée que les phénomènes a priori logiques, comme l’économie, seraient en définitive dominés par du surnaturel et que celui-ci pourrait être contrôlé. Sur le plan de l’ésotérisme, la symbolique du chiffre pi est très puissante. Pi est en effet le chiffre « infini », mais aussi celui dont la découverte a permis de passer du calcul de la ligne droite à celui du cercle, symbole ésotérique par excellence.

. Conclusion : le cinéma, alchimiste du réel

Le cinéma est une activité hautement technique qui suppose la préparation minutieuse de chaque plan. Par quel « miracle » ce cadre mécanique parvient-il à créer des atmosphères, des états d’âme, qui « débordent » des images ?
La réponse réside peut-être dans le monde « imaginal » auquel le septième art a donné naissance. Celui-ci nous donne à voir une transposition imaginaire de la réalité ; c’est dans cette marge entre l’objet et sa représentation que réside l’ésotérisme. Le cinéma serait dès lors une porte vers autre monde, nous permettant de nous y projeter pour vivre une expérience initiatique dont nous ressortons transformés, transmutés. Cette alchimie intérieure renoue avec l’un des principaux thèmes de l’ésotérisme : pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. Les (bons) films seraient-ils les clés de ce changement ?

Afficher/Masquer les commentaires (14)
Pour laisser un commentaire vous devez vous connecter ! Cliquez ici pour vous inscrire
gegecat - Conviction : Indéfini
Troll des villes | 02 May 12 11:24:13 | 0 commentaires | 2068 Pts | 53 vidéos
celia a écrit:
Mais tu crois que j'ai du temps à perdre avec des petits merdeux comme toi, en mp ?

Merci de ne pas insulter...
Et désolée, mais tu compares.

Ah bon ?! J' ai simplement dis:
Alors miss, regarde mon nombres de points, j' ai participé et donné mon point de vue en argumentant plus d' une fois, je trouve cela désormais inutile...

C' est pas vraiment pareil...
Je saisis bien ton niveau de lecture avec cette pointe d'ironie qui n'appartient qu'à des petits prétentieux qui n'admettent pas plus intelligents qu'eux !

Y' a que toi qui en parle, mais bon... Qui est prétentieux là ?
Et repose-toi bien , hein ? Ca va aller...

Ah oui, très intelligent ça...
Supprimé - Conviction : Indéfini
Habitué | 05 Sep 12 06:36:01 | 158 commentaires | 164 Pts | 4 vidéos | 🔗
j'ai l'impression que ce reportage fais de la pub pour certains films :bad:
gegecat - Conviction : Indéfini
Troll des villes | 02 May 12 19:44:22 | 0 commentaires | 2068 Pts | 53 vidéos | 🔗
Joliment dit, mais absolument pas ça... Je suis fidèle, moi madame :yes: ( et oui, y' en as )...

Mais merci de nous faire partager ton avis sur ce sujet clos... :wink2:
extranéenne - Conviction : Indéfini
Véritologue | 02 May 12 19:12:32 | 3824 commentaires | 3827 Pts | 106 vidéos | 🔗
Mulder a écrit:
Stop !

Je suis sure que Gégé,a juste voulu tenter,une approche pour avoir Celia en MP :D il en pince pour elle, faut dire que si le ramage se rapporte au verbiage, c'est très prometteur..heu Gégé essayes quand même les fleurs, la prochaine fois, je sais c'est bateau mais ça reste une valeur sure :he: pour éviter un vent
Mulder - Conviction : Indéfini
Mentor | 02 May 12 11:39:26 | 979 commentaires | 1297 Pts | 81 vidéos | 🔗
Stop !
celia - Conviction : Entre deux
Curieux | 02 May 12 11:34:10 | 0 commentaires | 136 Pts | 0 vidéos | 🔗
Non mais oui j'ai compris...J'ai à faire à un boulet ! Y'en a, des spécialistes sur le net ! Désolée mon coco,mais franchement, j'ai autre chose à faire que de perdre mon temps avec un mec qui prétend savoir argumenter,mais qui n'y connait rien.

En fait, tu te contente de reprendre les citations avec une pointillerie qui est tout, sauf de la réflexion. C'est pour cela que je dis que tu n'as que ça à faire. C'est ton problème après tout. Surtout que là,depuis une demi-heure, on fait du hors-sujet...
Je ne tiens pas à avoir plus de point en m'abaissant à ce niveau.

Allez, ciao !
gegecat - Conviction : Indéfini
Troll des villes | 02 May 12 11:24:13 | 0 commentaires | 2068 Pts | 53 vidéos | 🔗
celia a écrit:
Mais tu crois que j'ai du temps à perdre avec des petits merdeux comme toi, en mp ?

Merci de ne pas insulter...
Et désolée, mais tu compares.

Ah bon ?! J' ai simplement dis:
Alors miss, regarde mon nombres de points, j' ai participé et donné mon point de vue en argumentant plus d' une fois, je trouve cela désormais inutile...

C' est pas vraiment pareil...
Je saisis bien ton niveau de lecture avec cette pointe d'ironie qui n'appartient qu'à des petits prétentieux qui n'admettent pas plus intelligents qu'eux !

Y' a que toi qui en parle, mais bon... Qui est prétentieux là ?
Et repose-toi bien , hein ? Ca va aller...

Ah oui, très intelligent ça...
celia - Conviction : Entre deux
Curieux | 02 May 12 11:21:51 | 0 commentaires | 136 Pts | 0 vidéos | 🔗
Mais tu crois que j'ai du temps à perdre avec des petits merdeux comme toi, en mp ? Dans tes rêves ! Et désolée, mais tu compares. Je saisis bien ton niveau de lecture avec cette pointe d'ironie qui n'appartient qu'à des petits prétentieux qui n'admettent pas plus intelligents qu'eux !

Alors hop : désormais, tu répondras dans le vide,en ce qui me concerne ! Il n'y a que des egos faibles qui ont du temps à perdre pour continuer une conversation d'une si faible envergure ! Ciao ! Et repose-toi bien , hein ? Ca va aller...
gegecat - Conviction : Indéfini
Troll des villes | 02 May 12 11:17:52 | 0 commentaires | 2068 Pts | 53 vidéos | 🔗
Ais je comparé nos points ?! Nan, alors relis, ma petite louve, merci.
celia a écrit:
Et tu as raison : inutile de perdre du temps à argumenter n'importe quoi...Surtout pour des questions aussi ridicules...

Ben pourquoi tu répond alors ?! :rofl:

C' est ce que j' ai dis plus bas, si tu veux continuer, c' est par MP...
celia - Conviction : Entre deux
Curieux | 02 May 12 11:11:02 | 0 commentaires | 136 Pts | 0 vidéos | 🔗
Ah là là...Et c'est moi qui part en vrille ! On croit rêver ! Si c'est comme ça que tu argumente pendant le plus de points que tu as par rapport à moi,mon petit loup, et ben tu as loupé une occasion de te taire...Mon commentaire te faire rire ? Cela m'étonnerait,sinon, tu n'aurais pas répondu !

Et tu as raison : inutile de perdre du temps à argumenter n'importe quoi...Surtout pour des questions aussi ridicules...
gegecat - Conviction : Indéfini
Troll des villes | 02 May 12 10:54:36 | 0 commentaires | 2068 Pts | 53 vidéos | 🔗
Ben ça s' énerve pour pas grand chose... Bizarre d' ailleurs, quelque chose à te reprocher pour partir en vrille direct ? Nan, je te suis à la trace, c' est plus drôle...

Et je poste ce que je veux ma grande, ça te plait pas, tant pis... Maintenant si tu veux continuer, c' est en MP.
Au fait, 10/10 en maths, mais pour réfléchir à d'autres possibilités et éventualités, 0/10. C'est bien de savoir calculer et de jouer le malin. Encore faut-il faire fonctionner d'autres parties du cerveau avant de juger d'une situations, et de voir LARGE.

Alors miss, regarde mon nombres de points, j' ai participé et donné mon point de vue en argumentant plus d' une fois, je trouve cela désormais inutile...

Voilà pour l' explication... Ceci dit, ton com m' as bien fait rire...
12
Le top des vidéos de la semaine
Les derniers commentaires
  • roblor : Excellent, tres bonne recherche et bien documenté avec humour, pour parler d'un sujet qui peu…
  • tim26 : Que fait on d'un autre choix d'intervention ? .. qui aurait en plus prouver la réalité d'une…
  • tim26 : Farpaitement .. Machin à raison mdr ! (Salutation "P"apollo ;) ) ..ç'est même expliqué par le…
  • max51 : Car avant c'était secret !
  • @dom40 : Ont apprend pas grand chose !!
Les meilleurs contributeurs du mois