La traque de Ben Laden - Mythe ou réalité ?

Partager sur Facebook Twitter
La traque de Ben Laden - Mythe ou réalité ?
Le 8 Septembre 2006, un attentat contre l’ambassade américaine de Kaboul en afghanistan tue 16 personnes, c’est le plus violent acte terroriste perpétré en ces lieux depuis l’invasion américaine et de ses alliés en octobre 2001, la signature ressemble à celle du plus important groupe terroriste ayant existé à ce jour : al-Quaida.

A la tête de cette nébuleuse figure Ben Laden, l’homme le plus recherché de la planète après lequel courent environ 10 000 hommes, le plus gros contingent jamais détaché pour un seul homme depuis la fin de la seconde guerre mondiale !
Celui-ci bénéficie de l’hospitalité et de la protection du régime taliban en place dans ce pays depuis 1996 jusqu’à la fin 2001. Aussi, des milliers de personnes ont été formées à l’art de la guerre et de la terreur dans les camps d’entrainement d’al-quaida durant les cinq années ou ce régime était en place.
Cinq ans après le début de sa traque, le fugitif est toujours en fuite dans ce pays en proie à de forts déséquilibres politiques et ou la guérilla et la résistance talibane sont toujours des plus actives !

Fait rarissime, une équipe de journalistes français obtient l’autorisation de suivre un groupe taliban armé dans la province de razhny à 2 heures de Kaboul, afin de comprendre le contexte dans lequel se déroule la poursuite de cet éminent criminel. Les talibans justifient leurs actions contre l’occupant et le gouvernement en place à la solde des Américains et de leurs alliés. Ceux—ci affirment dépendre directement du célèbre mollah Omar et n’avoir aucun lien direct avec Oussama Ben Laden ou Al- quaida !
La multiplication des ces groupuscules de jeunes fondamentalistes encadrés et formés par des islamistes pakistanais ou étrangers aguerris au maniement des armes, forme une armée de « libération » constituée de 15 à 20 000 combattants dispersés sur tout le territoire afghan.
Leur objectif : reprendre le contrôle du pays par un harcèlement des troupes occupantes.
Leur organisation : ils sont constitués de petits groupes indépendants et très mobiles.
Leur armement : lance roquettes, kalachnikov et des motos pour se déplacer.

Le pays en 2006 est redevenu l’un des plus dangereux du monde et c’est dans ce contexte hostile que cette équipe de journaliste va essayer de comprendre comment l’homme le plus recherché du monde, Oussama Ben Laden, n’a toujours pas été retrouvé, ni à cette époque, ni aujourd’hui d’ailleurs !

De son côté, le service communication de l’O.T.A.N multiplie les conférences de presse mettant en avant l’évolution positive sur le terrain et les actions concrètes mises en place par les forces étrangères afin de rétablir l’ordre, d’ assurer la sécurité des citoyens et surtout d’instaurer la démocratie en Afghanistan !
En réalité et ce malgré la présence de 30 000 hommes, la situation se dégrade de jour en jour face à une guérilla talibane de plus en plus acharnée et omniprésente sur le territoire.
La question qui fâche : « quid de Ben Laden dans tout ça ?»
Lorsque le journaliste évoque la question, il se fait gentiment remettre à sa place en obtenant pour explication que le représentant ici présent dépend de l’O.T.A.N, et non pas directement de la coalition, qui elle, s’occupe de la traque du terroriste.

« C’est à se demander si les forces militaires présentes en Afghanistan souhaitent réellement arrêter le plus grand terroriste de la planète ? »

Pour la majorité des pauvres habitants de ce pays qui n’aspirent qu’à une seule chose, de vivre en paix, les supputations vont bon train :
Ben Laden serait protégé par les services secrets Pakistanais( ISI), qui lui permettraient donc de se déplacer à sa guise sur les parties frontalières entre le Pakistan et l’Afghanistan autrement appelées zones tribales. Le Pakistan est ainsi accusé de double jeu par les américains à travers ses services secrets.
Sous couvert d’anonymat, un proche du président Karzhai précise qu’il y aurait aussi des contacts direct entre les services secrets américains et les forces Talibanes, sans que ces liens ne puissent bien sûr être prouvés.
Ces faits obscurs alimentent ainsi la colère du peuple afghan à l’égard des forces étrangères.

Du côté de l’armée française, rien d’anormal ou de louche à souligner, mais pour un haut fonctionnaire français sur le départ et rattaché à la banque mondiale, Jean mazurelle, il se joue en ces lieux une toute autre musique.
L’Afghanistan, coincé entre l’Iran et le Pakistan est la base idéale afin de maintenir une stabilité géo-politique et surtout unr présence américaine dans cette région du globe. En effet n’oublions pas que le Pakistan possède l’arme atomique et qu’il s’agirait d’une énorme catastrophe si ce pays tombait entre les mains d’islamistes peu scrupuleux. On sait également que les travaux se poursuivent en république islamique d’Iran afin d’avoir aussi accès à cette puissance nucléaire.
Alors tant pis, si l’Afghanistan et les Talibans ne sont qu’un prétexte à la présence ici d’un fort contingent étranger, tout comme la traque d’Oussama Ben Laden.

Pourquoi alors la présence de forces d’élite spécialement affrétées à la traque du criminel ?
Cette tâche incombe d’ailleurs aux forces spéciales françaises(COS).

Oussama Ben Laden a été aperçu pour la dernière fois, fin 2001 avant les bombardements américains, dans la fameuse région de Tora Bora, près de Jalalabad.
Les journalistes s’y rendent par une des routes principales du pays, par ou transitent toutes les importations en provenance du Pakistan sous haute surveillance.
L’ambiance dans la ville semble des plus tendues, avec de nombreux contrôles de l’équipe en rapport avec le sujet qu’ils traitent, qui n’est même pas autorisée à entrer en contact avec les forces spéciales françaises sur place !...Le sujet est apparemment des plus sensibles.
Lors d’un rendez-vous clandestin avec un soldat du COS, resté anonyme, celui-ci avoue avoir eu lors d’une opération militaire, Ben Laden par deux fois en 2003 et 2004 en point de mire dans la lunette !
L’autorisation de l’abattre émanant du quartier général Américain de Bagram ne viendra jamais, un coup d’épée dans l’eau.

On découvre ensuite les ruines de la maison d’Oussama à Jalalabad, ou il vivait avec femmes et enfants, lieu stratégique de par sa proximité avec les montagnes de Tora Bora tout comme celle du Pakistan pour le soutien logistique ou un éventuel besoin de fuir.
Un seigneur tribal local explique ici le peu d’effectifs dont disposait en cet endroit la coalition en 2001, et la facilité avec laquelle, pendant des tractations entre les deux camps à cette époque, celui-ci a-t-il pu s’enfuir.
Le chef local émet un fort doute quant à la réelle volonté de le capturer, de la part de la coalition.

Direction Tora Bora ou la tension est encore plus palpable, comme si les journalistes se rapprochaient inexorablement d’un endroit les plus sensibles qui soient.
Les locaux expliquent qu’il était impossible à l’époque de rater Ben Laden et sa garde rapprochée de 70 hommes ainsi que la logistique que cela impose, et qu’avec leur aide, qu’ils avaient d’ailleurs proposé, il aurait été mis hors d’état de nuire. Là encore, la coalition l’aurait - elle laissé fuir délibérément ?
Un commandant Afghan de l’époque s’explique aussi sur les faits de l’époque, et évoque la possibilité d’une réédition négociée de Ben Laden et de ses hommes, mais précise qu’après des tergiversations et un manque de coordination avec l’armée américaine, le contact a été rompu à l’initiative des Américains qui ont décidé de la reprise des bombardements et le terroriste s’est une fois de plus évanoui dans la nature.

Pour quelles raisons obscures l’aurait-on une fois de plus laissé fuir ?
Les journalistes se dirigent vers la frontière et accompagnent la police locale qui tient à travers leur présence à signifier aux yeux du monde du peu de moyens dont ils disposent pour traquer le terroriste sur un aussi vaste territoire.
Un chef de la police frontalière, chargée de surveiller et d’intercepter tous les mouvements ennemis, dénonce lui aussi le peu de moyens dont il dispose, et évoque la certitude de la présence de Ben Laden du côté pakistanais et de sa protection par les services secrets de ce pays.

Les journalistes se rendent alors à Peshawar, haut lieu du fondamentalisme musulman, cette ville appartenant à une région ou se cacherait bon nombre de dignitaires Talibans ainsi que des terroristes de la mouvance Al Quaida et peut-être Ben Laden en personne, car il bénéficie en ces lieux d’un fort capital de sympathie de la part de la population locale qui adhère en majorité à la forme d’islam extrémiste que prônent les talibans ou Ben Laden et les siens!
Dès lors, il est fort probable que celui-ci puisse évoluer sans trop des soucis à travers les centaines de kilomètres que couvre cette zone.

De haut dignitaires musulmans expliquent les liens étroits qui les unissent à Oussama et les siens ou encore aux talibans et malgré l’ « étroite » surveillance dont ils font l’objet par les services pakistanais, ce qui explique la difficile tâche qui incombe au président Musharraf, censé servir la coalition, mais qui ne veut pas non plus se mettre en porte à faux avec les personnes d’influence de son pays. En effet, ces derniers ont des représentants légitimes au parlement et la pression de la rue permet de négocier une certaine tranquilité quant à l’exécution de leurs activités, même lorsqu’il s’agit de soutenir le terroriste le plus recherché de la planète : Oussama Ben Laden, car celui-ci est bien moins considéré comme un intrus que toutes les forces d’ingérence étrangères qui mettent à mal la possibilité d’une hégémonie talibane sur toute la région, Afghanistan compris.

Ce reportage met donc en évidence toute la complexité d’une région et des ses parties prenantes gouvernementales, officieuses ou encore religieuses.
Bien au delà du simple cas d’Oussama Ben Laden dont on se demande à la fin, si les Américains n’en ont pas plus besoin en liberté dans cette région que purgeant une peine pour crime contre l’humanité dans une geôle occidentale, et ce, ne serait-ce que pour maintenir le prétexte de leur présence dans cette région qui apparaît comme hautement stratégique vis-à-vis de l’Iran, du Pakistan, ou encore de la Chine.

A ce jour, Oussama Ben Laden est toujours en cavale, cet endroit du globe est toujours aussi instable et les forces étrangères y luttent toujours contre les rebelles talibans.

Afficher/Masquer les commentaires (82)
Pour laisser un commentaire vous devez vous connecter ! Cliquez ici pour vous inscrire
mirou88 - Conviction : Indéfini
Nouveau | 24 Mar 11 00:32:11 | 0 commentaires | 11 Pts | 0 vidéos | 🔗
Tout le monde sait qu'il est de la CIA...
RADEG13 - Conviction : Indéfini
Nouveau | 12 Dec 10 15:45:51 | 0 commentaires | 2 Pts | 0 vidéos | 🔗
http://www.youtube.com/watch?v=nFtMAa3SdvA

Voici une des dernières vidéos de benazir butto ou elle déclare que ben laden a été tué ,quelques semaines plus tard elle se fait tuer dans un attentat ! Manipulation quand tu nous tient.
fa9950 - Conviction : Convaincu
Curieux | 27 Nov 10 13:34:56 | 84 commentaires | 104 Pts | 0 vidéos | 🔗
StéS a écrit:
@stes : Je vois pas en quoi le fait qu'hitler soit mort rend caduque mon exemple, ben est peu être mort lui aussi.

Couper la tête d'un groupe pour l'éliminer ça marche très bien! Et qui était à la tête du mouvement nazi?
C'était quoi la justification des américains pour cette guerre déjà? C'est ben laden le coupable, vous nous le livrez pas, et bien on vient le chercher!

La deuxième guerre mondiale s'est arrêté une semaine après la mort d'Hitler.

Sa maladie et la morphine qu'il prenait en permanence lui on fait perdre la raison. A part les plus fanatiques, le régime Hitlérien serait tombé facilement si Hitler était mort avant. De nombreux généraux savaient depuis 1942-43 que la guerre était perdu.

Je crois pas que si Hitler aurait été tuer durant la guerre cela aurait entrainer la chute de son idéologie fachiste, il aurait fallu le tuer bien avant sa nomination comme chancelier. Al quaida fonctionne par cellule, tuer la tête du serpent et deux nouvelles têtes poussera
apollo - Conviction : Entre deux
Technologie exospatiale | 27 Nov 10 12:55:01 | 2638 commentaires | 2696 Pts | 28 vidéos | 🔗
pajeg a écrit:
apollo a écrit:
Stp pajeg, lis mon post avant le tien et regarde la vidéo dont j'ai posté le lien.

Quel rapport avec les lampadaires déterrés qui, selon toi, prouvent qu'il n'y avait pas de missile?

En fait je ne pense pas que soit un missile qui est à l'origine de la chute des lampadaires...

Comme mentionné dans la vidéo, les services secrets seraient responsable de cette mise en scène en posant les pylônes sur la pelouse la veille des attentats, en effet le secteur était bouclé pour cause d'arrivée de Bush le lendemain, par contre l'explosion de la façade peut être dut à un missile tomahawk...

le fils de jared - Conviction : Convaincu
Guide | 27 Nov 10 04:17:15 | 0 commentaires | 736 Pts | 4 vidéos | 🔗
Pour le pentagone c'etait un missile tomahawk
StéS - Conviction : Sceptique
Maitre | 27 Nov 10 01:01:20 | 0 commentaires | 1094 Pts | 14 vidéos | 🔗
@stes : Je vois pas en quoi le fait qu'hitler soit mort rend caduque mon exemple, ben est peu être mort lui aussi.

Couper la tête d'un groupe pour l'éliminer ça marche très bien! Et qui était à la tête du mouvement nazi?
C'était quoi la justification des américains pour cette guerre déjà? C'est ben laden le coupable, vous nous le livrez pas, et bien on vient le chercher!

Je crois pas que si Hitler aurait été tuer durant la guerre cela aurait entrainer la chute de son idéologie fachiste, il aurait fallu le tuer bien avant sa nomination comme chancelier. Al quaida fonctionne par cellule, tuer la tête du serpent et deux nouvelles têtes poussera
pajeg - Conviction : Sceptique
Virtuose | 27 Nov 10 00:53:39 | 0 commentaires | 480 Pts | 0 vidéos | 🔗
apollo a écrit:
Stp pajeg, lis mon post avant le tien et regarde la vidéo dont j'ai posté le lien.

Quel rapport avec les lampadaires déterrés qui, selon toi, prouvent qu'il n'y avait pas de missile?
apollo - Conviction : Entre deux
Technologie exospatiale | 27 Nov 10 00:18:18 | 2638 commentaires | 2696 Pts | 28 vidéos | 🔗
Stp pajeg, lis mon post avant le tien et regarde la vidéo dont j'ai posté le lien.
pajeg - Conviction : Sceptique
Virtuose | 27 Nov 10 00:07:14 | 0 commentaires | 480 Pts | 0 vidéos | 🔗
apollo a écrit:
Dis moi que c'est une blague, tu penses vraiment qu'un missile puisse faire tomber 5 lampadaires espacés d'une cinquantaine de mètres alors qu'il n'y a aucune trace d'explosion aux pieds des lampadaires et que le seul impact vu et entendu est celui de la façade du Pentagone ?

J'ai dis quelque part qu'un missile pouvait faire tomber 5 lampadaires espacés d'une cinquantaine de mètres alors qu'il n'y a aucune trace d'explosion aux pieds des lampadaires et que le seul impact vu et entendu est celui de la façade du Pentagone ?

Allez lances toi, expliques moi comment un boeing en rase motte a pu faire tomber 5 lampadaires espacés... blabla blabla... sans faire tomber les panneaux de signalisation avec, ni envoyer voler les voitures des témoins, témoins qui n'ont pas beaucoup été affecté par le passage d'un boeing à quelques mètres au dessus de leur tête à 800 km/h :rofl:

Et je vois toujours pas en quoi la présence d'un avion implique qu'il n'y avait pas de missile (y a des voitures piégées, des trains piégés, même des vélos piégés, pourquoi pas des avions).

Surtout qu'un missile, bah tu peux le balancer depuis un avion de chasse, les machins télécommandés c'est bien joli mais niveau précision et portée c'est toujours à chier.
apollo - Conviction : Entre deux
Technologie exospatiale | 26 Nov 10 22:26:15 | 2638 commentaires | 2696 Pts | 28 vidéos | 🔗
pajeg a écrit:
apollo a écrit:
"Moi non plus je ne pense pas que se soit un missile car le simple fait que des lampadaires soit couchés sur le passage exclu cette hypothèse."

Je vois pas pourquoi, un avion ça peut larguer un missile (ou un avion télécommandé qui envoi lui même le missile sur l'objectif).

Dis moi que c'est une blague, tu penses vraiment qu'un missile puisse faire tomber 5 lampadaires espacés d'une cinquantaine de mètres alors qu'il n'y a aucune trace d'explosion aux pieds des lampadaires et que le seul impact vu et entendu est celui de la façade du Pentagone ?
Le top des vidéos de la semaine
Les derniers commentaires
  • belphegor : Bien sûr, tant qu'un spécimen vivant be sera pas capturé, ou bien une dépouille ne sera pas…
  • HADDADOU : dans quelle dimension navigue-t-elle ?? c'est comme le monstre de loch ness
  • belphegor : Excellente enquête de la part de Jesse Ventura !
  • belphegor : Il y a parfois d'étranges coïncidences et similitudes !
  • Archibald : + des fakes avérés
  • Archibald : Rien de transcendant !
  • moudine60 : Mais çà ne veut pas dire que c'est faux pour autant ;)
  • moudine60 : Pourquoi il filme la route? fake!
  • erick m : qu'elle sont les missions des ovni sur la terre?
  • okhamassi : né en 1756 et est décédé en 1791 donc décédé à l'age de 35ans et non pas 29ans comme vous…
Les meilleurs contributeurs du mois