L'empire oublié des Hittites

Video Premium
Partager sur Facebook Twitter
L'empire oublié des Hittites
En 1595 avant Jésus-Christ, des guerriers inconnus descendent sur Babylone. Ils répandent le chaos et la terreur sur toute la ville. La mission de ces sinistres envahisseurs venus d’Atthousa est de fonder une nouvelle civilisation. Ils détruisent tout sur leur passage. Cette redoutable armée va créer un immense empire qui disparaitra aussi mystérieusement qu’il est apparu.

La vidéo nous plonge dans les paysages merveilleux du Moyen Orient. Les fantastiques statues et édifices des cités antiques défilent sous nos yeux au son d’une musique envoûtante. On nous explique comment durant 3 millénaires, il n’y eut aucune trace de l’existence de cet empire, pas plus dans les livres d’histoire que dans les légendes populaires.
Puis, un par un, nous explique le commentateur, des fragments de cette civilisation perdue commencent à faire surface. Ceux-ci levèrent le voile sur un monde de mystères et de codes secrets. On découvre une citadelle bâtie pour l’éternité, une machine de guerre que rien n’arrêtait et un puissant empire plus grand encore que celui d’Égypte.

Voici comme une civilisation promise à un grand destin a sombré corps et biens. Au début du 20eme siècle, les explorateurs se lancent dans une aventure archéologique. Leur ambition est de tester la véracité des mythes de l’antiquité. Les premiers historiens avaient décrit le monde d’avant les écrits de la bible comme dominé par trois grands empires : l’Égypte, la Syrie et Babylone, tous situés au Moyen Orient. L’idée d’une 4 ème grande puissance dont il ne restait aucune trace semblait impossible.

Pourtant des fragments d’une langue mystérieuse, visiblement parlée dans de vastes portions du monde antique commençait à apparaitre. Certains avançaient l’hypothèse que cette langue incompréhensible prouvait l’existence d’un 4ème empire oublié par l’histoire.
En 1906, un linguiste allemand, le professeur Hugo Winckler et son équipe se mettent en quête de l’origine de cette langue disparue. Dans le centre de la Turquie, au cœur des montagnes de l’Anatolie, Winckler découvrit les ruines d’une grande cité antique. Partout, il constata les signes dune civilisation très développée.
En fouillant le site, les chercheurs trouvent des centaines de tablettes en argile et leurs inscriptions étaient bien dans la langue étrange qu’ils cherchaient. Mais Hugo Winkler devait trouver au moins une tablette avec des signes reconnaissables. Finalement, après des semaines de recherches, ils en trouvèrent une en babylonien, la langue diplomatique du monde antique.

C’était un traité de paix, entre Ramsès II et un grand roi rival, Hattousil du pays du Hatti. Avec ce document, Winckler a la preuve d’un empire inconnu. Comment cet empire a disparu ? Près d’un siècle plus tard, les archéologues qui recherchèrent méthodiquement la cité, la baptisèrent Hattousa, et les habitants furent nommés les Hittites.

Les hittites d’Hattousa avaient bâti leur capitale dans un endroit improbable. Pour une grande cité, nous dit le professeur Trevor Bryce, les lieux sont trop isolés. La capitale Hattousa était à 80 kilomètres d’un grand fleuve, à des centaines de kilomètres de la mer, dans un climat aride, rigoureux, derrière de hautes chaines de montagnes. Toute la région est enclavée. Autre détail important, en raison de l’altitude, les lieux sont enneigés plusieurs mois dans l’année.
Pourquoi les hittites ont-ils choisi cet endroit pour y établir leur capitale ?

Les difficultés d’accès en font sa qualité justement. Elle est totalement isolée à cause de la neige en hiver. Le plan de la cité avait été soigneusement pensé pour en faire un bastion indestructible, capable de résister à toutes les attaques.
Les hittites exploitèrent les défenses naturelles des montagnes. Ils s’implantèrent dans les endroits les plus extrêmes. Ils creusèrent à flanc de roches abruptes, ils construisirent en enjambant des profonds ravins, ils hissèrent de lourds blocs de pierres sur des centaine s de mètres, ils creusèrent des trous dans le granit et édifièrent d’épaisses murailles au bord de falaises a pic. Leurs constructions, de véritables exploits d’ingénierie, semblaient défier la mort. Hattousa nous apparaît comme une cité sortie de terre, au milieu des montagnes de granit.

Une enceinte massive mesurant plus de 6 kilomètres de long entourait la cité et dépassait tous les obstacles naturels. C’était une muraille infranchissable qui protégeait les hittites du reste du monde. À l’intérieur, tout était conçu pour en faire une forteresse imprenable. Les archéologues ont découvert de grands murs qui, à certains endroits, font plus de 8 mètres d’épaisseur. C’est un cas unique dans l’antiquité. Les murs étaient composés d’étranges compartiments comblés avec un mélange de terre et de sable qui en assuraient l’étanchéité.

Les architectes, obsédés par la sécurité, avaient ajouté des murs en briques sur lesquels ils avaient construit tous les 12 mètres, des tours de guets de 30 mètres de haut. Les dessins sur les poteries nous montrent comment ils avaient transformé les entrées en piège mortel. Les gardes hittites postés en haut des tours, dominaient les voies d’accès.
Capable de résister à toutes les armées de l’époque, une muraille intérieure traversait toute la cité. Il existait aussi huit tunnels secrets, avec des attaques en embuscade prévues dans ces derniers. Hattousa était une cité avec plusieurs niveaux de protection. Plus de 50 000 habitants vivaient la. Les hittites avaient donc délibérément choisi un endroit isolé et inhospitalier, pour le convertir en forteresse.

Le vent souffle de la montagne. Nous apercevons les cartographies des hittites. Il est évident que cette civilisation perdue a voulu un jour montrer sa puissance au reste du monde. Ils édifièrent des monuments étonnants. L’un des bâtiments possédaient des portes gigantesques avec plus de 200 salles. À l’intérieur se trouvaient des objets rituels. C’était le grand temple d’Hattousa.
Au point culminant de la cité, une immense pyramide regroupait 200 salles autour d’une cour centrale. La muraille externe de la cité passait par son sommet avec deux sphinxs orientés vers le sud, donc en direction de l’Égypte. La puissance hittite déconcerte les archéologues. Ils n’ont pas fini d’être surpris en examinant les cartographies.

Sur une colline, au cœur de la ville, l’édifice le plus important est le palais royal. C’est le centre de gravité de la cité. Autour de lui, une autre enceinte fortifiée protégeait le roi. De ce lieu, les moindres recoins de la cité étaient visibles. Seuls les notables pouvaient entrer dans le palais. Dans les étages supérieurs, le souverain avaient ses appartements. À ses pieds, s’étendait une véritable merveille du monde antique. C’était une ville monumentale, ingénieuse et efficace. Il semble qu’ils avaient construit Hattousa pour l’éternité.

Comment étaient-ils parvenus à bâtir un grand empire et comment avaient-ils disparu ensuite sans laisser de trace ? Les chercheurs trouvèrent des représentations des hittites eux-mêmes, avec un goût prononcé pour la guerre et la mort. Ils ne rencontrèrent que peu d’objets précieux. Ils supposèrent donc qu'Hattousa avait pu être soigneusement dépouillée de tout ce qui avait constitué le destin de la civilisation hittite.
Cependant, quelque chose de plus précieux encore que les bijoux est soudain mis à jour. Il s’agit d’une immense bibliothèque, l’une des plus grandes jamais découvertes, qui semblait attendre depuis des siècles les archéologues. Dissimulée dans un labyrinthe de couloirs, elle contient 30 000 tablettes parfaitement archivées et classées.
Tout y est consigné et rangé sur des étagères. C’est l’histoire intime des habitants de la cité, leurs actes et leurs pensées ainsi que les grands évènements qui ont marqué cette civilisation. Devant cette source infinie d’informations, les plus grands linguistes se sont penchés sur le déchiffrage. Les textes de ces tablettes étaient en caractères cunéiformes, à bas de signes triangulaires, composés d’l’une des plus anciennes écritures au monde. Ces caractères utilisés par les peuples du Moyen-Orient, comme les assyriens ou les perses étaient donc déchiffrables, mais la langue hittite restait encore incompréhensible.

Pour percer le secret de cette langue inconnue, il fallait s’approcher de quelque chose de connu. Et c’est alors que l’on s’aperçoit, par une avancée inespérée, que nous avons affaire à une langue indo-européènne qui ne vient pas d’’Asie mineure. Il s’agit donc d’un peuple originaire de quelque part en Europe qui a migré vers la Turquie, puis a choisi d’établir sa cité dans cet endroit désert.

Désormais on pouvait lire les archives des hittites. Chaque phrase révélait un peu plus sur cette mystérieuse civilisation. L’histoire glorieuse de ce 4ème empire pouvait enfin être racontée. Tout commençait par un contrôle sans failles de la société. Tout reposait sur un ordre implacable, imposé par la terreur. Le travail était entièrement contrôlé jusque dans la moindre ferme. Le paiement des impôts, mais aussi la vie sexuelle des hittites étaient surveillés. C’était une existence sévèrement réglementée avec de terribles châtiments pour les esclaves et pour l’ensemble de la population… nez et oreilles coupées pour le moindre écart. Le vol d’une simple lampe de bronze était passible de mort. Des punitions brutales au sujet de la désobéissance au roi, concernaient la famille entière du coupable.

Une existence de travail obligatoire, de parfaite obéissance, mais aussi de peur envers les châtiments des dieux. Il fallait leur prêter serment en jurant fidélité à la société hittite et par-dessus tout au roi en personne. Les représailles des dieux étaient craints par tous. Des rituels scellaient l’engagement du peuple. Les seigneurs d’Hattousa exécutaient la volonté du souverain. Cette garde était unie par un lien de fraternité sacré. Les effigies des ennemis du peuple étaient brûlées dans le temple.
Toute la réussite des hittites reposait sur cette cohésion. Elle était pensée pour atteindre un but précis. L’ambition des hittites était d’imposer leur pouvoir au reste du monde. Leur stratégie s’articulait autour de la construction de machines de guerre invincibles :
.- Ils commencèrent par mettre au point une organisation militaire, dotée d’une discipline de fer !
nous explique le professeur Trevor Bryce,

Les manuels d’entraînement militaire qui furent retrouvés, nous décrivent comment des agents instructeurs, au moyen de punitions barbares, transformaient les recrues en guerriers sans pitié. Ceux qui désobéissaient avaient les yeux crevés. Les guerriers les plus valeureux se spécialisaient dans les combats de chars, la discipline de guerre reine de l’antiquité. Les chevaux étaient poussés jusqu’aux limites de leur endurance.

Le seul objectif, des hittites était de créer une force militaire capable de vaincre à n’importe quel prix. Ils lâchèrent ensuite leur machine de guerre sur le monde. Selon les textes, durant des siècles, les grandes cités et les royaumes de l’antiquité rendirent les armes ou furent écrasés par les hittites. L’empire Hittite s’étend depuis les Arzawa dans l’Est, les Ouliwanda, et jusqu'à Adana dans l’Est, sans oublier le kizzwatna, Amourro, et les limites du Qadesh.

En une seule ligne, les textes racontent comment les hittites parcoururent plus de 1500 kilomètres pour atteindre la cité de Babylone, la mettre à sac avant de rentrer chez eux. Tous les royaumes devaient s’incliner. Une seule puissance leur barrait encore la route : l’Égypte.

En 1279 avant Jésus Christ, le pharaon Ramsès II règne en maître sur l’Égypte. Il savait que les hittites avaient des vues sur son royaume. Son propre empire s’étendait du Nil à la Syrie actuelle. Dans l’antiquité, c’était une région stratégique que tous les états voulaient contrôler.
Au cœur de cette zone, se trouvait la ville de Qadesh. La guerre était inévitable, l’enjeu était immense. Ramsès II agrandit son armée. Le prince Hattousil était à la tête de plus de 147 000 hommes préparés à l’affrontement. Peu avant la bataille de Qadesh, les hittites ont innové dans la conception de chars de guerre. Ils ont déplacé les roues de l’arrière vers le centre. Cette innovation hittite a révolutionné l’art de la guerre. Le char plus solide peut porter trois soldats au lieu de deux.
À l’époque la bataille de Qadesh fut la plus grande jamais connue. Des milliers de chars hittites foncèrent sur les égyptiens. Le pharaon Ramsès II prétend l’avoir emporté mais d’après les textes retrouvés à Hattousa, les vainqueurs furent bien les hittites. Un traité de paix montre que le prince Hattousil est le grand vainqueur sur toute la zone de Qadesh. La nouvelle armée hittite, dotée d’une stratégie supérieure leur avait donné la victoire. Qadesh fut une page glorieuse de l’histoire hittite.

Le roi était enfin un des hommes les plus puissants du monde. Son neveu, le prince Hattousil avait écrasé les armées du pharaon. Il rentrait au pays en héros. Hattousa était désormais la capitale d’un immense empire.
Peu après, la paix permanente fut établie entre Ramsès et le roi. Les hittites avaient rempli leur mission. L’avenir leur appartenait. Pourtant quelques décennies après, les hittites disparurent. On ignorait encore pourquoi. Rien ne semblait éclairer les derniers jours de l’empire.

Nous sommes devant les superbes vestiges d’Hattousa. Dans une apparence de sépulture que la caméra nous montre, fut trouvé, par des archéologues, un nouveau code secret des hittites. Ces symboles écrits allaient révéler les raisons de la fin de cet empire. Il a fallu des années pour déchiffrer ces hiéroglifes. Seule une poignée de chercheurs dans le monde sait lire l’écriture des hittites. Un couple turc, spécialiste en ce domaine, ainsi que des collègues du monde entier se sont mis au travail pour la décrypter.

Nous les voyons à l’œuvre. Les signes se compliquent. Ils nous expliquent comment ils procèdent. Finalement, le sceau du dernier roi hittite connu est lié à une explication. Les ennemis du roi hittite furent des hittites eux- mêmes. Le grand roi tenta d’écraser une rébellion sur son propre territoire. Le retour triomphal du prince Hattousil, chef de l’armée des hittites, avait déclenché un bras de fer entre le roi et son neveu Hattousil. Ce dernier se voit privé de ses prérogatives politiques.
Hattousil sait que ses jours sont comptés s’il ne réagit pas. Il décide contrattaquer. Il brisa donc le serment le plus sacré, celui de la fraternité. Il fut arrêté par le roi et ses hommes et fut condamné à l’exil. La loyauté sur laquelle reposait l’unité de l’empire venait de voler en éclats, Apres cette trahison, la guerre civile fit rage pendant trois générations. Finalement Hattousa se retrouva à l’agonie, Le conflit avait laissé la cité sans ressources. L’empire s’effrita et la famine s’installa derrière ses murailles.
On a trouvé une lettre du roi, qui demande d’envoyer de toute urgence un chargement de céréales jusqu’à Hattousa. Un indice final permit de résoudre les énigmes. Des briques furent découvertes desséchées par un incendie. Plusieurs bâtiments ont brulé, notamment le temple et les édifices importants. Ces endroits avaient été vidés au préalable. L’or et les objets précieux qui s’y trouvaient s’étaient volatilisés. Il n’y avait aucun signe d’une attaque de l’extérieur.
Une théorie fut avancée. Les hittites ont mis le feu à leurs édifices pour ne rien laisser de valeur à leurs ennemis. Que fit le grand roi d’Hattousa ? Ils sont partis après une évacuation totale de son acropole et des édifices royaux. Ils ont quitté les lieux et ont emporté les documents de l’époque.

Quand ils étaient unis, les frères hittites étaient invincibles Ils avaient fondé une cité imprenable. Une fois leur unité brisée, toute la société hittite se désintégra. I s désertèrent leur cité et ne laissèrent aucun document. Les tablettes en argile furent ensevelies. Ils quittèrent Hattousa et s’évanouirent dans la nature.

Hattousa était loin de tout. Aucune autre grande civilisation ne s’implanta jamais plus dans la région. Il n’y eut aucun peuple pour transmettre les mythes et les légendes des hittites. Leur histoire s’éteignit avec leur cité. Au fil des siècles, les pierres d’Hattousa furent enterrées et son nom s’effaça des mémoires. L’incroyable histoire des hittites fut oubliée durant plus de 3000 ans.
La question clé : Où sont ils allés ? L’ultime chapitre de l’histoire hittite, nous dit le commentateur, est peut-être enterrée quelque part et attend d’être exhumé.

Afficher/Masquer les commentaires (5)
Pour laisser un commentaire vous devez vous connecter ! Cliquez ici pour vous inscrire
MrAscension2B - Conviction : Convaincu
Nouveau | 25 Jan 14 22:26:32 | 0 commentaires | 1 Pts | 0 vidéos | 🔗
MrAscension2B a écrit:
On-t-il réellement disparue !?!
petite image trouvé sur le net de scribe hittites:
Atch0283 - Conviction : Entre deux
Nouveau | 27 Jan 12 05:20:03 | 0 commentaires | 2 Pts | 0 vidéos | 🔗
Le mec affirme que les hittites ont gagnés parce que c'est écrit dans leur tablette ,et il affirme que les égyptiens mentaient. Euuhhh c'est pas un peu partisan comme interprétation?

Si tout les autres peuplent se sont souvenue des égyptiens,et pas des hittites c'est pas pour rien. Moi j'ai une autre interprétation, hatousa est rentré vaincu ce qui a mit le roi en colère, d'où la mise à l’écart de hatousa qui ne l'a pas supporté et a fait un putsch.
Atch0283 - Conviction : Entre deux
Nouveau | 27 Jan 12 03:46:29 | 0 commentaires | 2 Pts | 0 vidéos | 🔗
Les Indo-Européens sont un ensemble de peuples d'Eurasie (Albanais, Arméniens, Baltes, Celtes, Germains, Grecs, Indiens, Iraniens, Kurdes, Latins, Scythes, Slaves) qui parlent des langues issues d’une ancienne langue appelée indo-européen commun qui a été partiellement reconstituée.

Donc on peut supposer que ces hitties sont les iraniens ou plutôt iraniques actuels,qui à cette époque à con qui conquis la Mésopotamie et plus tard ce sont mélangé avec les perses.
Gragor - Conviction : Indéfini
Fanatique | 06 Mar 11 17:01:06 | 0 commentaires | 431 Pts | 1 vidéos | 🔗
C'était bien, mais un peu flou quand même. Les survivant Hitites ont bien du fonder d'autres royaume s'ils se sont enfuis. On devrait pouvoir retrouver leur histoire ailleurs sous terre..
Jemini - Conviction : Indéfini
Passionné | 06 Mar 11 12:55:42 | 0 commentaires | 266 Pts | 3 vidéos | 🔗
Super interessant, j'avais jamais vu de docu sur les hittites bien que je les connaissais de nom. Je pensais pas qu'ils étaient indo-européens, je les voyais plutôt venir de perse ou de je sais pas trop ou

En tout cas c'est vraiment dommage qu'attousa soit détruite, et en particulier les remparts, quelle vision démesurée tu devais avoir en face de toi en arrivant la bas a l'époque...
1
Le top des vidéos de la semaine
  • 1277 vues
  • 2322 vues
  • 917 vues
  • 2596 vues
  • 1972 vues
  • 997 vues
  • 1320 vues
  • 627 vues
  • 114 vues
Les derniers commentaires
  • lauviah : Je crois que la civilisation sumérienne a existé mais de là à croire à une planète comme…
  • akuma : Idem la miniature n'a rien a voir avec la vidéo !
  • Hyde : Trappist? Ca me donne envie d'aller la visiter cette étoile! :p L'espace me passionne de plus en…
  • Hyde : Perso j'y ai été habitué aussi... Et jamais vu de démon :p
  • Hyde : Faudrait vraiment que j'essaye cette plante tiens!
  • Hyde : La connerie humaine en plein dedans...
  • Hyde : Je sais que la sorcière de Blair a réellement existé (grâce à un doc de dailymotion que je ne…
  • Hyde : Si ça devait arriver à notre époque, j'aurais tendance à penser que ça partirait méchamment…
  • Hyde : Ce type m'a toujours intrigué... Je l'aurais bien engagé pour connaître la finale de la…
  • max51 : m'ouais :)
Les meilleurs contributeurs du mois